mardi 15 avril 2014

[jeu vidéo] Des news de la béta de L'Héritage des Mac Lyr

La béta pour le jeu vidéo "L'Héritage des Mac Lyr" avance bien ! La prochaine démo publique aura lieu à l'occasion du salon Geekopolis, les 17 et 18 mai prochains. L'équipe de développement travaille sur deux versions :
  • une version en ligne codée en HTML 5
  • une version hors ligne, construite avec Unity
Si tout va bien, la béta en ligne sera ouverte en juin. Elle contiendra l'intégralité du premier chapitre du jeu.

En interne, nous commençons à mettre en place les outils pour mettre à disposition cette béta du premier chapitre :


Vivement !!!

lundi 14 avril 2014

[WIP] La Rose Noire : dos des cartes

Aujourd'hui, nous partageons avec vous le travail en cours sur le dos des cartes du jeu "La Rose Noire", exécuté par le talentueux Gawain :


vendredi 11 avril 2014

La Rose Noire sortira en France !

La Rose Noire est le premier jeu de société dans l'univers des Ombres d'Esteren. Initialement prévu en langue anglaise, il a été financé par une récente campagne de souscription sur Kickstarter. Le succès a été tel que notre éditeur vient de nous donner le feu vert pour une sortie en France, en boutique !


Toute l'équipe des Ombres se joint à moi pour remercier tous nos soutiens sur ce projet ! Grâce à vous tous, notre éditeur va pouvoir financer un tirage à plus grande échelle de la version française de ce jeu. La date de sortie n'est pas encore définie mais devrait intervenir avant la fin 2014.

Gawain se charge de l'illustration du jeu de carte qui sera inclus dans ce jeu. Voici l'un des visuels réalisé... le tout s'annonce magnifique :



jeudi 10 avril 2014

5 ans et 400 post plus tard...

Le blog des Ombres a ouvert ses portes en mars 2009.

5 ans plus tard et pour le 400ème post, qui aurait pu croire que nous aurions mis en ligne ça ?

Merci à tous pour votre soutien, en particulier pour ceux qui nous suivent depuis le début !

Où serons-nous dans 5 ans ?

lundi 7 avril 2014

Une fin épique pour Tuath ! MERCI !

Le Kickstarter dédié à Tuath vient de se finir en apothéose et devient la campagne la plus réussie, encore au-delà du Livre 2 Voyages...! Incroyable, merci à tous, avec une pensée particulière pour nos Grenouille de Farl, pas étrangères à ce succès...

GLOIRE À VOUS !


vendredi 4 avril 2014

Kickstarter Esteren : la FAQ pour les souscripteurs francophones !

Le Kickstarter dédié à Esteren se termine dans quelques heures... nous avons reçu pas mal de questions, voici une FAQ en français qui devrait vous aider : https://www.kickstarter.com/projects/1176616619/shadows-of-esteren-a-medieval-horror-rpg-tuath/posts/799800

jeudi 3 avril 2014

Esteren Tour : Festival Zone Franche de Bagneux du 4 au 6 avril

Nous vous donnons rendez-vous à partir de demain pour une nouvelle date du Esteren Tour à Bagneux ! L'entrée est gratuite, alors profitez-en !


Au programme :

Vendredi et samedi, rencontre avec Aurel, le game designer du jeu vidéo "L'Héritage des Mac Lyr" et démo du jeu au programme ! Ben vous proposera quant à lui des parties de démo : vendredi de 15h30 à 18h et samedi de 11h à 14h30

Dimanche, rendez-vous avec Nel, Aurel, Ben et l'illustrateur Chris avec une table ronde de 13h30 à 14h30 sur "Impliquer les personnages dans un scénario de jeu de rôle: de l'écriture du Livre 3 Dearg à la séance de jeu".

À demain !


Infos pratiques :

http://www.zone-franche-festival-imaginaire.fr/

SALLE DES FÊTES LÉO FERRÉ
6, rue Charles-Michels
92220 – Bagneux

Financement participatif : De la responsabilité des porteurs de projets et du positionnement des souscripteurs

À l'occasion d'une récente mise à jour pour notre projet Dearg (qui accuse du retard), j'ai entamé un article sur le thème du financement participatif. Je partage ici avec vous ces quelques réflexions sur le sujet :

Le financement participatif est très nouveau, nous sommes tous des pionniers et je pense qu'il y a matière à réfléchir sur les pratiques et les expériences de chacun

Retards, vous avez dit retards !

Sur le forum, nous avons lancé un sondage pour mieux comprendre votre état d'esprit par rapport au financement participatif. N'hésitez pas à participer ici !

Nous avons reçu quelques messages de souscripteurs inquiets ou nous demandant une date de livraison pour Dearg. À nouveau, nous vous présentons nos excuses pour ce gros loupé dans la date estimée de livraison annoncée initialement. C'était une erreur de notre part, sans doute due à un excès d'enthousiasme. La réalité est autre : le temps d'écriture et de création d'un livre est difficilement quantifiable. Nous avons mis 4 ans pour le Livre 1 Univers. Dearg, tout cumulé, aura demandé encore plus de travail je pense...

Je suis navré mais, aujourd'hui, je suis bien incapable de vous dire quand nous finirons Dearg et quand vous serez livrés. Je préfère être honnête avec vous. Tout ce que je sais, c'est que les choses avancent et que la rédaction de l'épisode 4 va reprendre sous peu. Cet épisode est déjà en partie écrit. C'est une anecdote mais plusieurs scénarios de l'épisode 4 ont été écrits dans la période 2008 / 2009 par Iris et moi. Largement playtestés, certains s'en souviendront sans doute... À côté de cela, je reconnais qu'il est très difficile pour moi de mettre un point final à cette histoire. J'avoue ne pas encore avoir décidé de la destinée de certains personnages clefs. Tout cela vous donne un aperçu du processus chaotique de la création d'un livre qui passe par bien des étapes avant d'arriver entre vos mains...

De la responsabilité des porteurs de projets...

L'affaire Dearg n'est pas anodine. Loin de là. D'autant que nous sommes témoins de certains bourbiers dans lesquels des collègues éditeurs ou créateurs sont enlisés. Sans compter les projets sur Kickstarter qui dégénèrent complètement (comme celui-ci, lisez c'est assez stupéfiant). Les projets "en retard" sont nombreux... cela ne justifie en rien notre erreur et doit plutôt être pris comme un avertissement.

Mais rassurons-nous, Esteren va très bien. La gamme se développe, aussi bien en France qu'à l'international. Sur nos 5 campagnes de financements participatifs, 3 sont livrées (pour les US), 1 autre est en passe de l'être (Voyages pour le Ulule annoncé courant 2014 et qui sera livré avant l'été si tout va bien). Reste le cas Dearg, qui est une exception et qui finira par être livré. Que ce soit notre éditeur ou nous, l'équipe, nous essayerons au maximum de vous faire "profiter" de cette attente en enrichissant le contenu, en vous offrant des bonus. C'est le moins que l'on puisse faire et vous le méritez certainement !

Pourquoi Dearg est-il à ce point en retard alors que nous arrivons très bien à gérer les autres campagnes ? La grande différence, c'est que Dearg, au moment de la souscription, n'était pas terminé, contrairement aux autres livres. Par terminé, j'entends la partie créative pure : textes et illustrations. Pour les versions US, il s'agissait de traductions, bien plus faciles à estimer en terme de temps de réalisation. Pour la nouvelle édition de Voyages, le contenu était intégralement réalisé et le temps qui s'est écoulé a servi à faire la maquette, corriger, adapter les contenus. À la lumière de cette expérience, il apparaît évident que de proposer un contenu inachevé en souscription est très risqué. Il reste très difficile d'estimer le temps de création, même pour des auteurs chevronnés. Il y a dans cette évidence un paradoxe : n'est-ce pas le sens même de la souscription que de proposer un projet inachevé que la communauté va décider de financer (ou pas) ? Les choses ne sont jamais simples, car les gens donnent de l’argent, le plus souvent durement gagné, et nous devons assumer nos engagements.

Reste le cas du Monastère de Tuath actuellement en souscription sur Kickstarter. Certains se sont étonnés que nous lancions une nouvelle campagne alors que ni Dearg, ni Voyages ne sont livrés. Levons un malentendu : la campagne Kickstarter concerne l'édition US des Ombres qui suit son propre développement, totalement indépendant de la gamme française. Cependant, exceptionnellement, nous avons insisté auprès de l'éditeur pour qu'il propose une contrepartie en version française afin de satisfaire nos plus grands fans qui souhaitent compléter leur collection (ça se termine dans trois jours d'ailleurs, ne traînez pas ! Toutes les infos ici). Autaut vous dire que créer une version de Tuath en édition limitée pour une centaine de personnes est un véritable signe de dévouement de notre éditeur vis-à-vis de la communauté.

... et du positionnement des souscripteurs

Cette parenthèse sur Tuath fermée, continuons notre réflexion. J'en viens au second versant de mon affaire : la posture des souscripteurs. Oui, un souscripteur donne de l'argent à un porteur de projet, il est légitime qu'il ait une attente. Je pense aussi que les souscripteurs se doivent de garder en tête leur statut particulier : ils sont plus proches des mécènes médiévaux que des clients du XXème siècle. Et ça peut poser un problème !

Les souscriptions impliquent les participants dans le processus créatif. Vous intervenez bien en amont d'un projet, avant même sa sortie en boutique, parfois longtemps avant sa sortie. Vous partagez nos doutes, nos frustrations, nos joies. Quand je vous dis : j'espère que l'épisode 3 de Dearg sera prêt en mai, je l'espère vraiment, de tout mon cœur. Mais je ne maîtrise pas tout... et comme vous je serais bien déçu de ne pas y arriver. Mais ce n'est pas pour cela que mous abandonnerons, nous continuerons. Pour l'équipe des Ombres, cette aventure, ces hauts et ces bas, cela fait 8 ans que ça dure. À mon sens, cela fait vraiment partie d’un processus que vous êtes amenés, au travers des souscriptions, à partager au plus près avec nous

Je crois que les porteurs de projets devraient être très clairs sur ce point : lorsqu'un projet n'est pas achevé et qu'il est proposé en souscription, le participant doit bien comprendre qu'il est un mécène - et non pas un client - et que le résultat est incertain. Sans doute, annoncer cela en début de projet va tenir éloignés bon nombre de soutiens éventuels. Mais ce sera plus honnête.

En cela, je présente nos excuses à ceux qui éprouvent de la déception car nous aurions dû avoir conscience de cela dès le début. En annonçant une date, nous avons sans doute induit certains d'entre vous en erreur. Alors même que le livre n'était pas achevé et que nous constatons avec vous la difficulté pour en venir à bout et notre incapacité à vous donner une date de sortie.

Il est évident que tout cela va influencer les prochaines étapes pour la gamme des Ombres. N'hésitez pas à nous transmettre vos sentiments et vos retours sur tout ça, ils nous permettent d'avancer.

Merci à tous pour votre fidélité,
Bien à vous,
Nel

vendredi 28 mars 2014

Esteren Tour à Caen : Histoire de Jouer 8

Rendez-vous ce week-end à Histoire de Jouer avec Ben pour une nouvelle date du Esteren Tour. Playtesteur depuis le début de l'aventure, co-réalisateur de l'enregistrement vidéo du concert du 30 Novembre à Lyon, Ben vous proposera une partie de démo et tiendra un stand.

Toutes les infos pratiques : http://www.association-ephemere.org/site/h2j8-infos-pratiques


Pourquoi utiliser Kickstarter pour financer les Ombres d'Esteren ?

Bonne question ! Et le magazine en ligne The Escapist a voulu en savoir plus en me donnant la parole. Après tout, Esteren cumule quatre campagnes Kickstarter pour sa version anglaise : pourquoi continuer à utiliser cette plateforme ? En substance, voici ma réponse :
Pourquoi une quatrième campagne ? D’un point de vue extérieur, on pourrait se dire « whao ces mecs exagèrent, ils abusent ! ». Quand on se penche sur la réalité, on comprend très vite ce choix. En premier lieu, depuis le tout départ, nous avons annoncé à nos backers du Livre 1 que nous proposerions tous les livres des Ombres sur Kickstarter. Cela leur permet de suivre la gamme et d’obtenir la nouveauté. Surtout, cela permet de mutualiser les coûts, en particulier sur les frais de port : les joueurs à l’autre bout du monde profitent de frais de port avantageux dont le coût est absorbé par le financement global. C’est une belle entraide.
Aussi, une campagne Kickstarter est pour nous l’occasion de financer une édition limitée de notre livre, avec plein de bonus. Oui, Esteren pourrait être publié sans l’aide de Kickstarter. Pour preuve, c’est ce que nous avons fait en France. Mais je peux te dire que ce n’est pas du tout le même résultat à la fin ! Je t’ai préparé un petit visuel qui illustre ce fait. C’est à propos du Livre 0 Prologue. En France, il est sortit sous sa forme classique : un supplément de 80 pages en couverture souple, tout en couleur et vendu 10 euros. Crois-moi, c’est déjà vraiment pas mal pour un éditeur de pouvoir faire ça ! L’industrie du jeu de rôle (si on peut parler d’industrie, surtout en France où personne ou presque n’en vit !) est très fragile. Sur Kickstarter, nous avons réuni 65.000 dollars de financement pour le Livre 0 Prologue. Et pour le même livre, regarde tout ce que nous avons pu faire. Il va sans dire que la version américaine est simplement et totalement hors de portée pour un éditeur classique… et un éditeur tout court. Voilà la force de Kickstarter : elle permet aux concepteurs d’aboutir à leurs rêves et au public de profiter d’un contenu incroyable en rapport qualité prix, tout cela grâce au système des stretch goals, ces paliers que l’on atteinte à mesure que le financement globale augmente. Une image parle mieux qu’un long discours ; tu peux voir ici la version standard telle qu’elle est sortie en France et à côté la version Kickstarter.


 
Vous retrouverez l'article complet, en anglais, ici : http://www.escapistmagazine.com/articles/view/tabletop/11185-How-Kickstarter-Enables-Indie-Publishers-Shadows-of-Esteren-Interview

mardi 18 mars 2014

L'aventure continue sur Kickstarter

Aux portes des 100.000 dollars de financement sur Kickstarter pour un supplément de JDR français... Cocorico ! Le lien : https://www.kickstarter.com/projects/1176616619/shadows-of-esteren-a-medieval-horror-rpg-tuath


Peuple des Grenouilles !

Les francophones peuvent participer à la campagne Kickstarter avec la contrepartie "Grenouille de Farl", Elle donne accès à l'édition limitée de Tuath + paliers atteints, le tout pour 75€, frais de port inclus, le tout en version française.

Le contenu (pour l'instant !!!) :
  • Monastère de Tuath Edition limitée
  • Aides de jeu dans une pochette noire
  • Figurine Daernic, résine, 35 mm
  • Figurine Joris, résine, 35 mm
  • Jeu de société "La Rose Noire" : le premier dans l'univers des Ombres !
  • DVD du Concert Esteren du 30 novembre
  • Set de 5 tirages d'art
C'est aussi l'occasion de réserver une édition limitée du Livre 2 Voyages ou 3 Dearg !

Toutes les infos ici : https://www.kickstarter.com/projects/1176616619/shadows-of-esteren-a-medieval-horror-rpg-tuath/posts/753812

Merci à toutes et à tous pour ce grand succès qui nous honore !

vendredi 7 mars 2014

Bonus Track pour l'album DEARG

J'ai le grand plaisir de partager avec vous ce petit trésor :


Le lien : https://soundcloud.com/esteren/dearg-lhorizon-a-disparu-a

Petite explication : j'ai eu la chance d'aller en Hongrie pour assister à l'enregistrement de l'album Dearg. Tous les chœurs ont été enregistrés à part et c'était une expérience incroyable. Par la suite, j'ai pu récupérer les enregistrements bruts des chœurs seuls et c'est cela que je partage avec vous. Vous pouvez entendre ici les chœurs de l'Horizon a disparu, dans une version a capella assez envoûtante.

Je trouve cette version magnifique et cela me donne même envie d'un album Esteren entièrement A capella. Il se dégage de ces chœurs une force assez étonnante.
Les souscripteurs de Dearg ont du recevoir un lien pour télécharger le morceau en question, si ce n'est pas le cas, envoyez-moi un petit message ;)

Bonne écoute !

Nelyhann parrain des 10ème Rendez-Vous de l’Imaginaire

Une nouvelle date du Esteren Tour un peu particulière puisque Nelyhann sera le parrain des 10ème Rendez-Vous de l’Imaginaire à Paris, le jeudi 13 Mars !

En deux mots :
Les Rdvi, c'est le networking pour les pros et les futurs pros de la culture geek. 
Entrepreneurs, startupeurs, étudiants, blogueurs, artisans, développeurs, boutiquiers, joueurs pros, aliens de passage, graphistes, réalisateurs, ou tout geek porteur de projet, sont les bienvenues au RDVI. Le principe est simple : rencontrer des gens travaillant dans son secteur d'activité afin d'élargir son réseau, de découvrir des projets, de nouer des partenariats ou tout simplement de boire un verre en débattant des problématiques de chacun. N'hésitez pas à vous inscrire à l’événement qui accueille à chaque édition 150 personnes et permets de nombreux contacts entre les différents milieux de notre vaste communauté.

 Pour les inscriptions et en savoir plus, c'est ici : http://rdvi.eventbrite.fr/

Attention, places limitées et inscription obligatoire !
Rdv au Mad Maker 22 Rue Cujas à partir de 19h30 !

mercredi 26 février 2014

Le Esteren Tour 2014 continue...

Nous vous donnons rendez-vous à Cannes et Amienspour les 132ème et 133ème dates du Esteren tour :



À Cannes, vous pourrez participer à l'une des parties proposée par Benjamin Diebling. La particularité de Ben ? Il était déjà meneur sur Esteren en 2010 lors du lancement au Monde du Jeu ! Il a aussi assuré la captation vidéo lors du concert des Ombres en novembre dernier en compagnie de Romain d'Off/on et de Vincent de SciFi-Universe.

Ils vous proposera trois scénarios inédits :
  • Un Choix de vie, écrit par Iris et que vous pourrez retrouver dans l'édition augmentée du Livre 2 Voyages.
  • L'Enfant de la rivière écrit par Nelyhann, qui sera publié dans le troisième épisode de Dearg et qui se centre sur l'arc narratif de la Culpabilité, incarné par Adeliane
  • Redresser les âmes tordues, écrit par Iris et qui sera prochainement publié dans JDR magazine et dans le supplément "Ghost Stories".

Vous pourrez également rencontrer Akae et Pénombre sur l'espace Jeu de rôle tenu par le GRAAL pour des séances de dédicaces. Ce sera aussi l'occasion de découvrir leurs autres projets !

Ensuite, à Amiens, nous vous donnons rendez-vous le samedi 15 mars à partir de 14 heures sur le stand de Martelle pour une séance de dédicace et une petite table ronde sur le système des Arcs narratifs animée par son auteur, Nelyhann.

Nous évaluons la possibilité d'aller à Caen et à Rennes prochainement mais rien n'est fait... On vous tient au courant !

mercredi 19 février 2014

Participez au nouveau Kickstarter dédié à Esteren !

C'est de la folie, en l'espace de trois jours, le nouveau Kickstarter dédié à la version anglaise des Ombres d'Esteren a récolté plus de 55.000 $, dépassant le score (déjà honorable!) atteint par la version anglaise du Livre 1 Univers, qui avait elle aussi bénéficié d'une telle campagne. Nous sommes fiers de porter ainsi les couleurs du JDR Français, merci à tous de rendre ça possible !

Cette campagne est dédiée à la traduction du Monastère de Tuath en anglais. Sa particularité est que les frenchy et autres francophones peuvent participer grâce à la contrepartie Grenouille de Farl. Elle donne accès à l'édition limitée de Tuath + paliers atteints, le tout pour 75€, frais de port inclus, le tout en version française. Cette édition spéciale de Tuath inclut notamment le premier jeu de société dans l'univers des Ombres, avec comme nom de code "Deduction". 


Plusieurs paliers ont déjà été débloqués et donnent notamment accès au DVD du concert du 30 novembre à Lyon ou à un exemplaire de la figurine de Joris (format 35mm, résine, sculptée par le talentueux Roberto Chaudon). Vous pourrez également ajouter comme option un exemplaire de l'édition limitée du Livre 2 Voyages et du Livre 3 Dearg. Sans doute parmi les dernières occasions ! Si vous avez loupé le coche des campagnes Ulule, c'est le moment !

Rejoignez l'aventure!






Si vous avez des questions, n'hésitez pas....

Le lien : https://www.kickstarter.com/projects/1176616619/shadows-of-esteren-a-medieval-horror-rpg-tuath

vendredi 14 février 2014

Les vendredis de l'angoisse - Une Raison d'agir - EP 10

Voilà le dernier épisode de notre aventure ! Steren va-t-elle survivre ??! L'histoire débutée un vendredi 13 se termine un 14 février ... la boucle est bouclée !

Cette nouvelle sera publiée dans un recueil nommé Hantises, à paraître en 2014. Vous retrouverez plus d'informations sur cette future publication ici.

Vous pouvez retrouver les épisodes précédents :

Dans l'épisode précédent ...:

Pourquoi le plancher ne craquait-il pas ? J’avais placé tant d’espoirs dans ce bois censément pourri, et voilà qu’il soutenait un homme en armure lourde. J’étais désespérée et révoltée contre le hasard cruel qui aidait ce monstre. Je l’entendais qui prenait l’échelle que j’avais empruntée. Elle avait fini par glisser à terre, il la ramassa et la cala. Il commençait à grimper, de tout son poids. Le bois grinça, mais tint bon.

*
* *

Une Raison d'agir - épisode 10


Je secouai la tête. Que pouvais-je faire ? Je n’avais cessé de reculer ! Qu’aurait-fait Cethern ? Pour moi, il avait toujours été un battant, quelqu’un qui n’abandonnait jamais face à l’adversité, quitte à agir avec témérité. Je sentais confusément que, s'il parvenait à m'inspirer cette qualité, rien que cette nuit, cette leçon me servirait durant toute mon existence. Si j’arrivais à apprendre cela de lui, notre bref mariage aurait déjà eu un sens. Neuf mois, le temps d’une gestation, le temps de devenir moi-même, plus entière.

Jambes tremblantes, je me relevai et avançai à petit pas tandis qu’il montait. Il était presque là. J’arrivai au haut de son échelle, et m’assis tant bien que mal sur la poutre pour pouvoir pousser de mes deux bras, en appuyant aussi mes jambes sur le bois. Je risquais de tomber à mon tour si j’arrivais à faire basculer l’échelle, mais je n’avais pas le temps d’y penser. Pour moi, c’était un exploit.

Soudain, l’échelle se décolla de la poutre. Je devinai le mouvement du monstre pour tenter de m’agripper pour m’entraîner avec lui, mais je fus plus vive cette fois et poussai plus fort. D’abord tout alla très lentement, dans une succession de nombreux grincements… Et cela s’accéléra, pour devenir un fracas, un cri. Le plancher céda enfin sous l’impact, et il tomba. Une chute d’une quinzaine de mètres, accompagnée de débris. Tout s’arrêta dans un ultime craquement sinistre, tout en bas.

Me rattrapant de justesse à ma poutre, je glissai, ne me tenant plus que du bout des doigts ! Allais-je connaître le même sort que mon ennemi juste après l’avoir défait ? Je serrai ma prise, et pris une inspiration. Que faire ? Me lâcher le plus souplement possible trois mètres plus bas, sur le plancher intact de mon étage, et espérer ? Dans un dernier sursaut, je décidai de me balancer en direction du mur avant de lâcher prise, le sol devait être plus solide sur les bords, pensai-je. Je lâchai, les mains endolories et blessées par quelques échardes, et tombai durement sur le sol. L'impact fut brutal, mais moins douloureux que ce que j'imaginais. Je me relevai en me cognant au mur. J'étais choquée, couverte d'ecchymoses et de griffures, mais j’étais hors de danger.

Je m’assis sur les marches de pierre de l’escalier en colimaçon, cherchant mon souffle, essuyant les larmes qui noyaient mes yeux. Je savais que j’étais sous le choc, c’était juste nerveux. J’étais soulagée.

« Tu as toujours été plus intelligente que moi. »

Cethern ? Son fantôme ?

« Je ne veux pas rester, je ne veux pas devenir ce qu’il est devenu. »

L’horreur m’étreignit. Je compris que j’avais tué mon époux, et le fait que son âme ne se soit pas trouvée dans son corps me parut n'être qu’une excuse bien faible…

« L’armure. Tu n’aurais jamais pu m’aider sans la détruire, et elle est indestructible. Entièrement en tugarch’. Personne ne doit jamais l’avoir. »

S’il disait vrai, l’armure à elle seule pouvait valoir autant que son trésor. J’étais pourtant d’accord avec lui, cette chose devait être mise hors d’état de nuire. J’avais besoin de comprendre pour me sentir moins mal, pour que le cauchemar de cette nuit ne frappe plus jamais, pour mettre un terme aux horreurs de la nuit.

Quelque part, j’avais trouvé ma raison d’agir.



Le lendemain, dès l’aube, j’étais allée trouver le cadavre de l’intrus. Le corps de Cethern était brisé et l’armure semblait moins vivace. Ce fut une épreuve de libérer la dépouille de cette protection qui était devenue une prison. Mon idée était de partir, de charger le métal dans des sacs de toile, et de les jeter au fond du gouffre le plus désolé qui soit. Résolue, je tirai de mon mieux la dépouille de Cethern à l’extérieur, dans la cour du château.

Les vautours étaient là.

Plus d’une dizaine, je n’avais jamais vu cela. J’eus la curieuse impression qu’ils éprouvaient de la compassion pour moi. Je me reculai et rentrai. Ils s’abattirent sur le cadavre, une nuée de plumes fauves. Au bout de quelques heures, il ne restait plus que des os. Les contemplant avec une sorte de fascination morbide, il me semblait que cela était bien. Il fallait accepter la mort et la purification des défunts.

Respectueusement, je ramassai les ossements de mon époux pour les ramener à sa famille en y joignant mes nattes tranchées.

*
* *

FIN

Nouveau trailer pour Esteren et un Kickstarter en vue !

Demain c'est le grand jour puisque nous allons lancer notre nouvelle campagne Kickstarter pour la version anglaise du Monastère de Tuath. Le but est de financer une édition limitée avec la fameuse couverture noire... et bien sûr pleins de contenus exclusifs !

Voici un nouveau trailer pour l'occasion :


C'est un peu cruel pour la communauté francophone qui doit se contenter de l'édition standard... Et bien pour cette nouvelle campagne nous avons une bonne nouvelle pour les inconditionnels des Ombres ! Un palier spécifique vous permettra de participer vous aussi à cette grande aventure qui s'annonce!

L'occasion de découvrir ou de se replonger dans les mystères du monastère de Tuath....

vendredi 7 février 2014

Les vendredis de l'angoisse - Une Raison d'agir - EP 9

Pendant tout l'hiver, quoi de mieux que le feuilleton d'une petite nouvelle horrifique pour animer vos soirées auprès du feu ?

Chaque vendredi, à 21 heures, nous vous proposerons un nouvel épisode de la nouvelle "Une Raison d'agir" écrite par Iris, l'une des auteurs des Ombres d'Esteren. Cette nouvelle sera publiée dans un recueil nommé Hantises, à paraître en 2014. Vous retrouverez plus d'informations sur cette future publication ici.

Vous pouvez retrouver les épisodes précédents :

Dans l'épisode précédent ...:

Ma tête fut tirée brutalement en arrière par l’étranger qui prenait mes nattes pour des rênes, et j’écarquillai les yeux de surprise. Une main invisible écrivait à l’envers sur le miroir. Était-ce la réalité ou une création de mon esprit qui cherchait désespérément à échapper à la fin sordide qui m’attendait ?

« Bats-toi. Tue-le. »


*
* *

Une Raison d'agir - épisode9



Un fantôme ? J’avais passé l’hiver ici, il n’y avait aucune hantise aux Hauts-Vents ! Comment ? Qui ?

« Nomme-moi ! »

Mais nommer qui ?

Soudain je compris : le corps n’était plus celui de Cethern, il l’avait perdu au profit d’un esprit maléfique, mais il restait quelque chose de lui qui était devenu un fantôme ancré à ses propres os, prisonnier d’une chair qu’il ne pouvait plus habiter. Comment ? L’armure ? Cette chose trop vivante qui semblait presque dotée d’une volonté de jouissance et d’intensité extrême de vivre ? Un objet de pouvoir ? J’avais lu des livres à ce sujet, mais je ne croyais pas avoir un jour l’occasion d’en approcher un !

« Cethern ! Cethern ! Cethern Mac Emmanon ! »

Je criais aussi fort que je pouvais, d’une voix suraiguë, à me faire mal. Je distinguai un mouvement confus dans la glace, et devinai une silhouette vaguement lumineuse dans son reflet. Je n'eus guère le temps de m'attarder sur cette vision, car déjà je saisissais le chandelier pour en frapper l’abomination. Les bougies s’éteignirent, j’entendis des coups, des chutes d’objets, mais je n’attendis pas de savoir ce qui se passait pour courir hors de la pièce.

Encore choquée, je ne sentais ni le sang qui coulait de mes blessures, ni le froid de la nuit. Je tenais tout juste debout. J’étais tellement déstabilisée qu’il me semblait être sur un bateau qui tanguait en pleine tempête. Le couloir que je connaissais si bien, une simple ligne droite d’une quinzaine de mètres éclairée sporadiquement par la foudre, me paraissait être un tunnel sans fin. Derrière moi j’entendais les hurlements de damnés en lutte, des fauves qui s’entre-déchiraient. À peine arrivais-je au bout du couloir que j’entendis le pas lourd de mon ennemi.

« Ton plan, c’était une bonne idée. »

Il me semblait entendre Cethern, mais je n'étais sûre de rien. Pas le temps de tergiverser, je devais me souvenir de la disposition des lieux. Il faisait sombre, une obscurité presque complète. Les bâches sur les toits empêchaient la pluie d’arriver jusqu’ici malgré les larges pans de plancher qui avaient été ôtés. Il me fallait monter à l’étage supérieur, et de là accéder aux combles par le jeu des échelles. À chaque pas dans le noir, j’avais l’impression qu’on m’encourageait, mais j’étais trop concentrée pour y prêter attention. Je savais que l’autre arrivait, il me suivait, pestait… Il avait compris que le sol était plein de vides, il avait décidé de monter par les escaliers en colimaçon pour me cueillir plus haut. Je me précipitai, gravis les échelles… Deuxième étage… Troisième étage, vite ! Il était déjà là ! Je manquai un barreau, me rattrapai, sentis que l’échelle glissait. Enfin je parvins à atteindre les poutres que je visais, celles qui permettaient de travailler sur le toit. J’étais assise en équilibre précaire sur le bois. Je ne voyais presque rien, il fallait que je me concentre pour ne pas chuter… Il arrivait, il était déjà là, en-dessous de moi. Furieux, il me disait qu’il me briserait, qu’il m’éventrerait et me violerait par mes plaies jusqu’à ce que j’en crève.

Pourquoi le plancher ne craquait-il pas ? J’avais placé tant d’espoirs dans ce bois censément pourri, et voilà qu’il soutenait un homme en armure lourde. J’étais désespérée et révoltée contre le hasard cruel qui aidait ce monstre. Je l’entendais qui prenait l’échelle que j’avais empruntée. Elle avait fini par glisser à terre, il la ramassa et la cala. Il commençait à grimper, de tout son poids. Le bois grinça, mais tint bon.

*
* *

Rendez-vous vendredi prochain à 21 heures !

jeudi 6 février 2014

Esteren nominé aux 2013 Golden Geek Awards

Les versions anglaises du Livre 0 Prologue et du Livre 2 Voyages sont nominées pour les 2013 Golden Geek Awards dans la catégorie Best Artwork & Presentation !  RPG GEEK est l'une des plus grosses communautés de gamers outre atlantique...! Si vous ne connaissez pas, c'est par là. Il y a aussi une très grosse section dédiée aux jeux de société.


On ne s’attendait pas du tout à cette nomination ! C'est donc une très belle surprise :)

Mais les autres nominés sont très solides et ça s'annonce compliqué pour nous ! Jugez plutôt : 13th Age, Fate Core System, Numenera, Shadowrun RPG 5th Edition, Star Wars: Edge of the Empire Core Rulebook ou encore Tenra Bansho Zero ! Les prix sont décernés suite au vote du public. Ca dure jusqu'au 17 février et ça se passe ici (vous devez être inscrits au site pour voter).

On croise les doigts...!

vendredi 31 janvier 2014

Les vendredis de l'angoisse - Une Raison d'agir - EP 8

Pendant tout l'hiver, quoi de mieux que le feuilleton d'une petite nouvelle horrifique pour animer vos soirées auprès du feu ?

Chaque vendredi, à 21 heures, nous vous proposerons un nouvel épisode de la nouvelle "Une Raison d'agir" écrite par Iris, l'une des auteurs des Ombres d'Esteren. Cette nouvelle sera publiée dans un recueil nommé Hantises, à paraître en 2014. Vous retrouverez plus d'informations sur cette future publication ici.

Vous pouvez retrouver les épisodes précédents :

Dans l'épisode précédent ...:

Je me retournai pour prendre appui et élan, mais ce que je vis m’arracha un cri. Je crus voir son visage se déformer et prendre la forme d’un masque grimaçant, noirâtre. Mon coup perdit le peu de force qu’il avait. J’étais paralysée par la peur. Une partie de moi me suppliait de reprendre le dessus sous peine de mourir, mais c’était plus fort que moi, je n’arrivais pas à bouger. Tandis qu’il me tirait à lui, j’avais l’impression d’être une mouche immobilisée par une araignée qui s’apprêtait à la dévorer vivante.


*
* *

Une Raison d'agir - épisode 8



« Ma chambre est là. »

Je m’entendis dire ces paroles, j’ignore même pourquoi. C’était une tentative pathétique pour le calmer alors qu’il semblait sur le point de déchaîner toute sa violence sur moi, et qu’il devait savoir que je voulais lui échapper.

« C’est bien, allons-y. »

Encore une fois cette impression d’absurde me revint et je ne savais plus si je devais avoir peur des coups ou de devenir folle. Il faisait très sombre. J’ouvris la porte, mais il me tenait fermement un bras.

« Je vais allumer la lumière. »

Il acquiesça, sans me lâcher. J’allai tout droit, laissant mon armoire et mon lit à ma droite, pour me diriger vers une coiffeuse munie de tiroirs sur laquelle se trouvait un chandelier. La clarté de la bougie me permit de voir le visage de Cethern dans la glace devant moi. Je ne pouvais m’empêcher à ce moment d’avoir l’espoir fou que je me trompais, que c’était une sorte de plaisanterie cruelle, qu’il allait redevenir lui-même. Je le souhaitais tout autant que je n’y croyais pas, et j’étais proche de désespérer. Cet ennemi qui avait surgi chez moi par cette nuit d’orage pouvait m’infliger les pires sévices : il était bien plus fort, il avait une armure presque organique, et j’étais seule. Les larmes me montèrent aux yeux. J’hésitais à me résoudre à mon sort.

Le visage de Cethern dans le miroir… Les mains gantées de métal, il m’enlaçait en me plaquant contre le meuble, il me griffait bien plus qu’il ne me caressait et arrachait des pans de tissu de ma robe. Contempler son reflet qui me serrait et me lacérait, parfois jusqu’au sang, lui arrachait des rires d’une joie mauvaise. Comment tolérer cela, même d’un faux Cethern ? Certes, nous nous étions mariés sur un malentendu, mais il restait pour moi comme un frère. Allais-je supporter qu’un monstre utilise son visage comme un masque, le souille et m’inflige cela, à moi ?

Non ! J’étais encore vivante, je serrai les dents et ne criai pas. Le monstre haletait tant que de la buée commençait à couvrir le miroir.

« Laisse-toi faire. »

Apparemment j’avais dû me crisper, le gêner, je ne sais pas. Il me mordait le cou et l’épaule, s’excitait, mais comme je l’avais présupposé, son armure ne lui permettait pas d'en venir facilement aux fins qu’il escomptait. C’était stupide, ça l’énervait, il devait au moins défaire la solide coquille qui le protégeait des mauvais coups sur les parties sensibles de son anatomie. Le problème était d’y parvenir d’une seule main, en portant un gant d’armure. Il n’était que force brute et pulsion, il ne réfléchissait pas beaucoup. Soudain, je pris conscience de ce que j’estimais être de la stupidité. Ce fut comme une révélation. Cet être qui m’avait terrifiée était primaire, sans subtilité, et j’avais été bien sotte de ne pas m’en rendre compte plus tôt et de ne pas en avoir tiré parti d’une manière ou d’une autre.

Il me prit par mes nattes pour me coucher sur la coiffeuse d’une main et relever ma jupe. Je ne touchais plus le sol, j’étais presque le nez contre la glace désormais totalement couverte de buée. Je sentais qu’il n’en pouvait plus de se coller contre moi, il griffait mes cuisses, m’écrasait péniblement entre lui et le bois. Mais il luttait toujours avec sa coquille, et les griffes de ses gants de métal se retournaient contre lui.

Ma tête fut tirée brutalement en arrière par l’étranger qui prenait mes nattes pour des rênes, et j’écarquillai les yeux de surprise. Une main invisible écrivait à l’envers sur le miroir. Était-ce la réalité ou une création de mon esprit qui cherchait désespérément à échapper à la fin sordide qui m’attendait ?

« Bats-toi. Tue-le. »

*
* *

Rendez-vous vendredi prochain à 21 heures !

vendredi 24 janvier 2014

Les vendredis de l'angoisse - Une Raison d'agir - EP 7

Pendant tout l'hiver, quoi de mieux que le feuilleton d'une petite nouvelle horrifique pour animer vos soirées auprès du feu ?

Chaque vendredi, à 21 heures, nous vous proposerons un nouvel épisode de la nouvelle "Une Raison d'agir" écrite par Iris, l'une des auteurs des Ombres d'Esteren. Cette nouvelle sera publiée dans un recueil nommé Hantises, à paraître en 2014. Vous retrouverez plus d'informations sur cette future publication ici.

Vous pouvez retrouver les épisodes précédents :

Dans l'épisode précédent ...:

Du coin des yeux je voyais qu’il avait fini de manger. Il avait encore bu du vin et s’était tourné vers moi. Je comprenais plus ou moins qu’il était question de me violer pour son dessert. Pourquoi le voyais-je comme un viol ? De mon point de vue, nous avions un mariage de raison… Mais quand je le voyais dans cette armure qui avait dû être portée jusqu’à la fin de Gwaird par un de ses héros mort dans des circonstances abominables, avec un ton presque métallique d’automate de chair, tout mon être se révulsait. La seule perspective d’un contact intime avec une chose animée aussi roide et rude me donnait une sorte de nausée glacée.


*
* *

Une Raison d'agir - épisode 7

La seule chose qui m’évitait de sombrer dans la panique était une pensée stupide : comment comptait-il s’y prendre sans ôter son armure ? Elle paraissait presque collée à sa peau, comme une carapace d’insecte. J’essayais d'analyser cette protection sans le regarder avec trop d’insistance, pour ne pas provoquer quelque chose qui précipiterait ma fin. Je ne voyais aucun défaut. Même les articulations étaient agrémentées d’une sorte de cuir ou de toile cirée qui se pliait et se dépliait au gré des mouvements, tout en paraissait très solide. Il n’y aurait qu’un épéiste talentueux pour trouver là un point où frapper. Moi, avec mes poings ou une dague, je perdrais mon temps.

« Où est ta chambre ? »

La menace se précisait. Je déglutis difficilement sous le choc. Quelles alternatives avais-je ? Fuir dans le château et me cacher ? Courir dans ma chambre, m’y enfermer ? Dans les deux cas il pouvait me rattraper et j’imaginais que sa violence à mon égard serait bien pire. Devais-je me soumettre ? Des milliers de femmes s’y résolvent bien pour des motifs d’intérêt politique ou par manque d’argent…

« Conduis-moi. »

Il aurait dû savoir. Ses questions indiquaient qu’il n’était pas Cethern, même pas un Cethern perverti, mais bien quelqu’un qui avait son visage et ne connaissait que des bribes de sa vie. Cela signifiait qu’il ne connaissait pas le château. Peut-être que cela me donnait une chance ? Je devais au moins pouvoir le distancer, et peut-être fuir ensuite avec son cheval. Cela valait la peine d’essayer ! Je me levai et allai dans le couloir en marchant, avant de me mettre soudainement à courir comme jamais vers le fond, pour atteindre l’escalier en colimaçon menant à l’étage. De là les pièces, en état ou non, parfois reliées par des échelles pour monter jusqu’aux combles, m’offraient une réelle opportunité. Malgré sa rapidité dans cette armure monstrueuse, il devait peser au moins trois fois mon poids. Le sol pouvait craquer… J'avais une idée, et elle me donnait de l’espoir. Je savais où aller, où trouver mon salut.

Je n’avais que peu d’avance, il était vif. Je gravis les marches aussi vite que possible, relevant amplement ma robe pour ne pas trébucher. Il ne perdait pas son temps à me couvrir d’insultes, il me suivait, de près, je le devinais. La terreur m’étreignait, il me semblait que cet escalier ne finirait jamais. Enfin, l’étage ! Je crus être presque tirée d’affaire, mais il s’était jeté à terre pour m’attraper à la cheville. Il tira sèchement. Je fus emportée par mon élan vers l’avant, et je m’écrasai douloureusement sur le parquet rugueux du couloir. J’avais le souffle coupé et je savais qu’il fallait que je trouve rapidement une solution… Il me parut judicieux d’essayer de lui casser le nez, d’un coup de talon de ma jambe libre. Je me retournai pour prendre appui et élan, mais ce que je vis m’arracha un cri. Je crus voir son visage se déformer et prendre la forme d’un masque grimaçant, noirâtre. Mon coup perdit le peu de force qu’il avait. J’étais paralysée par la peur. Une partie de moi me suppliait de reprendre le dessus sous peine de mourir, mais c’était plus fort que moi, je n’arrivais pas à bouger. Tandis qu’il me tirait à lui, j’avais l’impression d’être une mouche immobilisée par une araignée qui s’apprêtait à la dévorer vivante.
*
* *

Rendez-vous vendredi prochain à 21 heures !

jeudi 23 janvier 2014

Beauty de Rino Stefano Tagliafierro


Une vidéo magnifique de Rino Stefano Tagliafierro que l'on partage avec vous ! Le metteur en scène nous fait voyager parmi 100 œuvres classiques... assez incroyable !





Le Esteren Tour 2014 : C'est parti !

Et voilà, c'est reparti ! Après une date mémorable le 31 novembre dernier, nous repartons sur la route pour une 131ème date le 25 janvier (ce weekend !!!) à Villejuif pour la deuxième édition des Saturday Night Geekers !


Retrouvez Chris pour une séance de dédicace. Voici le site avec la billetterie et les infos pratiques : http://www.weezevent.com/saturday-night-geekers

Nous préparons d'autres dates... restez branchés !



dimanche 19 janvier 2014

Dearg : compte-rendu de partie pour le focus "Gaol"

Attention spoiler !
Si vous êtes joueur, ne lisez pas l'article d'aujourd'hui...

Nous vous présentons un compte rendu de Pierrot le Fou, un membre de la communauté. Il est très complet et retrace le focus "Gaol" publié dans l'épisode 1 de Dearg. Un retour plutôt positif mais qui témoigne aussi de ce qui a pu coincer. Si vous êtes un meneur, nous espérons qu'il pourra vous aider à avoir une vision plus claire sur le déroulement d'un focus !

N'hésitez pas à venir vous inscrire sur le forum des meneurs pour lire plus de retours sur les publications.

C'est parti :

*
* *

 Ça y est, ma table a fini de jouer Gaol le week-end dernier !
D'abord, et même si je redévelopperai ce point à la fin : je tiens à dire que mes joueur-se-s ont adoré !
Il nous a fallu trois séances, donc au final entre 15 et 20 heures de jeu (on ne compte plus à la fin), ce qui est sans doute un peu trop long, mais là aussi j'y reviendrai plus tard.

Mise en place
Pour votre information, je n'ai pas les personnages prétirés à ma table. Effectivement, à intervalles réguliers, cette situation me contraint un peu à triturer le background de mes PJ, pour coller à la gamme officielle. C'est un souhait de ma part : je n'ai pas le temps de réécrire tout un scénario, et je ne m'en sens pas les reins assez solides. La table est au courant de la situation, et comme nous avons volontairement assez peu développé les backgrounds à la création, cela laisse une marge de manoeuvre, quand même.
Tout ça pour dire que les PJ ne sont pas du tout issus du val de Déarg, même si ils ont joué Poison, Automne Rouge, Mots Vengeurs, et finalement Loch Varn. Le personnage qui occupe le Premier Rôle est un barde de Tulg Naomh, issu d'une famille de grands marchands. J'ai donc décidé de créer un lien familial entre sa mère et la famille de Maorn. À 15 ans, les relations sont tendues entre le fils, qui veut devenir barde, et son père, qui voit son fils en marchand lui succédant, et donc, pour lui mettre un peu de plomb dans la cervelle, il est envoyé dans la famille de Maorn, qu'il ne connaît pas. Ses parents, connaissant Maorn, espèrent que son caractère dur et froid l'endurciront un peu.

Première soirée de jeu : découverte du Val, et développement des liens avec Maël et Céliane
Nous avons donc commencé comme prévu par la première scène, l'entraînement. La copine qui avait décidé d'interpréter Maorn s'en est donnée à coeur joie, elle qui n'a pas du tout l'habitude d'interpréter ce genre de personnages !
La suite s'est déroulée de façon très linéaire, aussi bien les rencontres avec Maël qu'avec Céliane. Je n'avais pas prévu de faire jouer Argan à un des joueurs, mais celui qui interprétait Céliane l'a fait spontanément dans la forteresse, lors des scènes où justement Céliane est absente. Il en a aussi profité pour bien se lâcher sur Maël et le Premier Rôle ! Sadiques mes joueur-se-s ? :mrgreen:
Lors de la scène 4 - Jalousie, j'en ai aussi profité pour donner la possibilité à la joueuse qui incarne une varigale de la jouer, dans l'objectif aussi de créer des liens avec Déarg. Cela peut se justifier dans son background, et du coup elle a notamment commencé à développer des liens avec Aïnlis, Yldiane et Mirna. Lors de cette scène, le naturel est également revenu au galop avec le Premier Rôle : son personnage est un coureur de jupons, et même si je lui ai bien fait comprendre qu'il était éperdument amoureux de Céliane, il n'a pas pu s'empêcher de draguer un peu, notamment le groupe de filles mentionné plus haut. Heureusement, ces dernières n'ont généralement pas leur langue dans la poche et l'ont vite rembarré. Maorn a aussi lancé un concours d'éloquence sur le thème de l'amour au cours du mariage, qui a été remporté par le Premier Rôle, devant Maël. Cela lui a permis de briller un peu devant Céliane, car par ailleurs, quasiment dès le départ, il s'est mis dans la tête qu'elle avait choisi Maël.
Lors de l'attaque des brigands, j'ai fait de Céliane une redoutable chasseuse : le copain qui l'incarnait a eu plein de chance aux dés, alors que les caracs que j'avais imaginé vite fait étaient vraiment légères !
La soirée de jeu s'est terminée avec l'annonce de Wylard, maintenant le suspense...! :D

Deuxième soirée de jeu : voyage vers Eaux Salées et enquête
Lors de cette deuxième partie, un joueur n'était plus avec nous. C'est un des côtés pratique des foci : le seul personnage indispensable, c'est le Premier Rôle ! :)
Nous avons de nouveau réparti auprès des deux autres joueur-se-s les seconds rôles, car ils incarnaient auparavant Céliane, Maorn, et ponctuellement Argan. Je me suis gardé Jerryl, et leur ai présenté tous les figurants présentés dans Déarg I - page 81.
Voulant leur laisser le plus d'autonomie possible dans le focus, pour ne pas qu'ils aient trop l'impression d'être enfermés dans un carcan, j'avais un peu préparé le voyage du val de Déarg jusqu'à Eaux-Salées, à l'aide de Voyages VF (très pratique, j'ai hâte d'avoir la version augmentée ! c'est quand ? :roll: ). Par conséquent, le voyage a duré un peu de temps, et la soirée était déjà bien avancée quand nous sommes arrivés à Eaux-Salées.
Après quelques temps dans le domaine, qui a surtout servi à mettre en place Maël et le Premier Rôle dans le domaine, j'ai décidé de lancer l'enquête. J'avoue que je stressais un peu, ne sachant pas trop comment amener la table à trouver les indices. Bon, en fait ça s'est fait naturellement. Très rapidement, ils se sont en peu enfoncés dans les villages qui se trouvent dans les marais, et je me suis dit (comme les PJ d'ailleurs) que Jerryl avait forcément des contacts avec les villageois misérables des marais. Du coup, après quelques interrogatoires des villageois, ils ont obtenu les informations principales. J'ai présenté Jerryl un peu comme un Robin des Bois aux yeux des habitants des marais, ça me semblait assez logique à vrai dire.
Au retour de l'enquête, j'ai complètement zappé de jouer la scène de rencontre avec les Roseaux de Fer aux Salicornes, le relais de voyageurs ! Ça n'a pas posé de soucis pour la suite....
La scène 3 a été très narrative, et la soirée étant alors très avancée, nous nous sommes arrêtés au début de la scène 4, lors de l'annonce de l'attaque des Roseaux de Fer...

Troisième soirée de jeu : attaque des Roseaux de Fer, puis retour à Déarg
Étant donné le "retard" accumulé lors de la précédente soirée, j'ai prévenu tout de suite que j'allais être beaucoup plus dirigiste et directif. Il fallait absolument qu'on finisse le scénario ce soir-là, pour plusieurs raisons ! Cela a bien été accepté par la table.
Donc, nous avons joué la mission de secours vers le château du duc Mac Tremen : c'était très bien pour avancer tout de suite sur un bon rythme ! :D
J'ai joué les choses de façon très linéaires là-aussi, laissant assez peu d'initiatives aux joueurs (une joueuse incarnant Jerryl, un joueur interprétant Maël, en plus du Premier Rôle). J'ai quand même cru au départ que Maël allait se porter au secours du duc au lieu de poursuivre Jerryl, mais ça l'a fait, ouf ! :lol:
J'ai bien insisté sur la thématique du mariage entre les clans nobles, et ça a bien marché pour Maël, je crois.
Pour la scène 5 de l'acte, qui à mon sens est une des plus importantes et une des plus difficiles à mettre en scène, j'ai fait sortir alternativement certains joueurs. Celui qui incarnait Maël se l'est gardé pour lui, tandis que la joueuse a interprété Geleis. Pour cette scène, je n'ai pas hésité à copier certains des passages du pdf et à les imprimer, notamment le paragraphe "Une histoire de rivalité" (expurgé des quelques infos "sensibles" ), et je n'ai pas regretté, car la joueuse s'est notamment bien appuyée dessus et a sur emmener le Premier Rôle là où je le voulais. Quant à Maël, alors que je ne m'y attendais pas du tout, il est sorti de l'ombre pour aborder le sujet avec Deaglàn et Doern ! J'en ai alors profité pour qu'il comprenne l'importance des réalités des nobles, de leurs responsabilités, etc... Doern et Deaglàn lui ont également demandé de garder le secret. Ça a marché !
À la fin de l'Acte, Maël et le Premier Rôle ont discuté longtemps, sans révéler exactement ce qu'ils savaient l'un et l'autre. Maël a voulu garder le message pour lui.
Le voyage retour pour le coup a été beaucoup plus rapide qu'à l'aller ! :lol:
Le début de l'Acte III a roulé : en mode narrativiste, je me suis contenté de divulguer les infos importantes, voulant me garder du temps pour la scène du moulin. J'ai laissé quand même une occasion au Premier Rôle de briller aux yeux de Céliane lors de la scène 2.
J'ai adoré le début de la scène 3 : ils ont tous halluciné de voir débarquer Wylard ! Maël s'est dit dans un premier temps que ce serait l'occasion de s'appuyer sur lui pour écarter Argan de la forteresse, mais il a vite dû déchanter ! La première partie du repas, avec l'annonce de la grande quête de Wylard, les a tous un peu scotchés, et puis je les ai un peu laissé souffler... avant de relancer le tout avec les projets de mariage de Wylard ! Là, c'était le top ! :mrgreen: Maël qui demande un délai pour réfléchir, Wylard qui lui laisse quelques heures... Et finalement Maël qui accepte, sans que je n'ai rien besoin de lui souffler, c'était vraiment cool ! :D
On a ensuite rapidement enchaîné avec la scène de l'incendie. La joueuse jouait cette fois Aline, je l'avais un peu brieffé avant pour qu'elle convainque le Premier Rôle de la suivre. Là encore ça a marché. Sur place, les jets de résistance mentale ont volé, ainsi que les jets pour résister à la fumée et la chaleur, parce que le Premier Rôle n'a pas trop su quoi faire tout de suite. Puis, son idée était de mettre à l'abri Céliane, avant d'essayer de libérer Maël. Voyant qu'elle ne partirait pas sans eux, il a pensé un moment à l'assommer, puis ils ont essayé de bouger à deux la poutre entravant Maël... et là, alors que je ne lui avais rien dit (personne ne savait que Maël mourait, et Aline venait de mourir sous leurs yeux) Maël a eu la réaction parfaite. Il m'a demandé si il avait une dague, j'ai confirmé... il a sorti sa dague et se l'est enfoncée dans le ventre sous les yeux de Céliane et du Premier Rôle ! Trop la classe ! :mrgreen:
La fin du scénario s'est déroulée de façon très narrative. Je n'ai pas fait joué la scène de tentative de suicide par la noyade, par manque de temps et fatigue de tout le monde. Je me suis réservé aussi l'épilogue pour la fin, parce que là, on est quand même 5 ans dans le passé du Premier Rôle.

Remarques sur le scénario
Comme je l'écrivais au départ, ma table a tout simplement adoré le scénario ! Tout leur a plu : l'ambiance, l'enquête, même le côté changement de rôles leur a plu. C'était une vraie crainte pour moi, car j'ai à ma table des joueur-se-s vraiment habitué à du jdr classique (Warhammer, Vampires...), mais non, c'est super bien passé ! Je crois même que c'est sans doute de tous les scénarios officiels celui sur lequel ils ont le plus accroché. Je vous livre quand même certaines de leurs remarques diverses :
- a priori ils ne souhaitent pas poursuivre avec un nouveau focus tout de suite, parce que quand même ceux qui ont interprété les seconds rôles ont malgré tout envie de retrouver leurs persos ;
- sur trois soirées, ils ont trouvé ça un peu long ; là j'imagine que c'est très subjectif, et que tout dépendra des tables ;
- en revanche, ils ont vraiment accroché à l'histoire des Mac Govrian, et à la lutte qui ne dit pas son nom pour conserver le pouvoir et s'imposer face à Argan ! :D
Du fait qu'ils ont adhéré au principe du focus, la valse des seconds rôles s'est bien passée. Très rapidement, ils n'ont pas hésité à incarner des figurants sans même me demander, je crois qu'ils ont vraiment apprécié. Par contre, sur certains scènes, je pense que le meneur ne doit vraiment pas hésiter à leur transmettre le scénario, pour leur permettre d'incarner au mieux les rôles et faire avance l'histoire dans le bon sens ! Ça demande un peu de boulot de préparation, mais ça évite de laisser un second rôle en plan parce que le MJ a besoin de lui faire dire quelque chose de précis ! À chaque fois que j'ai transmis le scénario, ça c'est super bien passé ! Le pdf peut être utile pour ça : il est très facile de copier certains paragraphes, et de les expurger des infos sensibles, pour pouvoir ensuite les copier dans un fichier texte !
Quelques ombres malgré cela, qui ne sont d'ailleurs pas forcément dues au scénario :
- à ma table, l'humour potache est vraiment de mise, et du coup, il est vrai que pour jouer une histoire d'amour tragique, l'ambiance n'était pas forcément toujours au top ! Bon, en même temps je savais à quoi m'attendre, du coup ça ne m'a pas déçu, mais sans doute que l'histoire aurait eu un impact plus fort sans ce point noir. Je pense aussi que sans doute de nombreuses tables seront confrontées à ce problème, à chacun après de voir en fonction des joueur-se-s.
- une question qui m'a un peu turlupiné en préparant le scénario : quelle est la distance entre le domaine d'Eux-Salées et le château du duc Mac Tremen ? Ce n'est pas clairement abordé dans le scénario, et par commodité je les ai placé à quelques heures de chevauchée de distance... mais je ne trouve pas ça très logique !

Voilà, pour conclure un grand merci pour ce focus ! Moi et ma table, on veut la suite ! Vite ! :mrgreen:

vendredi 17 janvier 2014

Les vendredis de l'angoisse - Une Raison d'agir - EP 6

Pendant tout l'hiver, quoi de mieux que le feuilleton d'une petite nouvelle horrifique pour animer vos soirées auprès du feu ?

Chaque vendredi, à 21 heures, nous vous proposerons un nouvel épisode de la nouvelle "Une Raison d'agir" écrite par Iris, l'une des auteurs des Ombres d'Esteren. Cette nouvelle sera publiée dans un recueil nommé Hantises, à paraître en 2014. Vous retrouverez plus d'informations sur cette future publication ici.

Vous pouvez retrouver les épisodes précédents :

Dans l'épisode précédent ...:

Je gardais la tête basse à examiner les pièces et les bijoux tandis qu’il mangeait et buvait à côté de moi. Il me paraissait immense, cette armure lui donnait l’air d’un géant alors même qu’il se déplaçait presque normalement avec elle.

*
* *

Une Raison d'agir - épisode 6


« Tu as trouvé ce trésor et ton armure au même endroit ?

- En effet.

- Où était-ce ?

- Dans les Mòr Roimh, en Gwidre, près du Pic Ordachaï, dans l’antique cité de Gwaird.

- Gwaird ? Cette ville troglodyte qui se serait coupée du monde durant l’Aergewin en fermant ses portes et où tous seraient morts de faim ?

- Beaucoup périrent du fait de feondas qui jaillirent des profondeurs des mines. La faim n’emporta que ceux qui s’enfermèrent à l’intérieur du dernier bastion.

- Tu y es allé seul ?

- Non.

- Tes compagnons ont donc aussi un trésor comme celui-ci ?

- Non.

- Ils n’ont pas voulu leur part ?

- Ils sont morts. »

Voilà ce qui arrive quand on pose trop de questions : on apprend des vérités qu’on préférerait parfois ignorer. À ce moment je ne voulais pas savoir si Cethern les avait tués pour garder l’intégralité du trésor. J’appréhendais de découvrir comment il connaissait les détails de la chute de Gwaird. Jamais le Cethern que j’avais connu n’aurait pu retrouver une ancienne cité tout seul. Il avait dû s’appuyer sur l’aide d’experts. Cela ne s’improvisait pas. Ils avaient dû longuement explorer la région et les sous-sols. Ils étaient tous morts.

J’étais partagée entre l’effroi et une pensée froide qui continuait d’analyser et de juxtaposer les éléments. Je me tenais près du feu, aux pieds de mon époux qui portait cette armure de l’ancien temps et dînait tout naturellement tandis qu’il pleuvait toujours dehors. Calmement et en silence, je m’efforçais de peser ce qui était en ma faveur et ce qui me desservait. La situation n’était pas bonne.

« Depuis combien de temps sommes-nous mariés ?

- Cela remonte à la fin de l’été dernier, et nous sommes à présent au début du printemps, même s’il tarde à venir en ces régions…

- Presque un an. Et j’ai abandonné ma jolie mariée seule ici…

- Tu voulais restaurer ce château pour que nous puissions y vivre décemment.

- Le temps a dû te paraître bien long à dormir seule. Heureusement que je suis revenu. »

Du coin des yeux je voyais qu’il avait fini de manger. Il avait encore bu du vin et s’était tourné vers moi. Je comprenais plus ou moins qu’il était question de me violer pour son dessert. Pourquoi le voyais-je comme un viol ? De mon point de vue, nous avions un mariage de raison… Mais quand je le voyais dans cette armure qui avait dû être portée jusqu’à la fin de Gwaird par un de ses héros mort dans des circonstances abominables, avec un ton presque métallique d’automate de chair, tout mon être se révulsait. La seule perspective d’un contact intime avec une chose animée aussi roide et rude me donnait une sorte de nausée glacée.

*
* *

Rendez-vous vendredi prochain à 21 heures !